Publié par Stéphanie Datchy

Dans les précédents articles, Pascal Lacroix vous parlait du recrutement par simulation et du recrutement sans CV. Je vous propose aujourd’hui de découvrir des aides complémentaires proposées par le Pôle emploi.

Les partenaires sociaux, par le biais de Pôle emploi, ont instauré ces dernières années un certain nombre de mesures permettant l’adéquation des profils des candidats à l’embauche avec les postes non pourvus. Ces actions présentent des avantages autant pour les demandeurs d’emploi, dans le cadre de la sécurisation des parcours professionnels et de l’accès à l’emploi des publics qui en sont plus ou moins éloignés, que pour les entreprises, qui ont désormais la possibilité de tester leurs futurs candidats ou de pourvoir à leurs compétences et capacités professionnelles, à moindres frais et risques.

Or, ces aides à l’embauche restent encore très souvent méconnues des entreprises. Leur objectif est pourtant de faciliter la mise en relation des demandeurs d’emploi – rendus opérationnels – avec les postes à pourvoir. Parmi ces aides existent donc l’évaluation en milieu de travail préalable au recrutement (EMTPR), l’action de formation préalable au recrutement (AFPR) et la préparation opérationnelle à l’emploi (POE).

Les aides

L’évaluation en milieu de travail préalable au recrutement (EMTPR)

L’EMTPR est la plus ancienne de ces mesures. Elle consiste à vérifier l’adéquation d’un candidat au poste à pourvoir en le testant sur des situations réelle de travail. La durée de l’évaluation est fixée à 40 heures maximum sur 5 jours.

Sa mise en place dans l’entreprise, qui intervient après le dépôt d’une offre d’emploi auprès de Pôle emploi, nécessite la présence d’un tuteur sur toute la durée de l’évaluation. Le bénéficiaire de l’EMTPR conserve son statut de demandeur d’emploi (Pôle emploi continue donc d’assurer sa protection sociale) et ne compte donc pas dans les effectifs salariés de l’entreprise.

Une convention tripartite est signée entre l’entreprise, Pôle emploi et le candidat. Elle définit les compétences et capacités requises pour l’emploi proposé, les activités confiées au candidat, les dates, le tuteur, etc. Tous les secteurs d’activité sont concernés.
À la fin de l’évaluation, l’employeur peut recruter ou non le demandeur d’emploi ou solliciter une action de formation préalable au recrutement (AFPR), s’il estime que certaines compétences méritent d’être renforcées.

L’action de formation préalable au recrutement (AFPR)

L’AFPR est une action de formation dont l’objectif est de combler les écarts entre les compétences d’un demandeur d’emploi (indemnisé ou non) et celles d’un emploi donné.

Elle intervient donc dans le cadre d’un contrat d’embauche (CDD de 6 à 12 mois, contrat de professionnalisation en CDD ou encore contrat de travail temporaire d’au moins 6 mois). D’une durée maximum de 400 heures, elle est censée permettre au demandeur d’emploi sélectionné d’acquérir les compétences professionnelles nécessaires. Elle peut aussi être mise en place dans le cadre d’une formation pré-qualifiante précédant un contrat de professionnalisation. Les actions de formation peuvent être dispensées par l’entreprise, en interne, ou par un centre de formation.

Une aide au financement de ces actions est versée au terme de la formation, en vertu de l’embauche du candidat dans les conditions prévues par la convention conclue entre l’employeur et Pôle emploi. Son montant est fixé à hauteur de :

  • 5 € net/heure si la formation est interne (dans une limite de 2 000 €)
  • 8 € net/heure versé à l’organisme formateur extérieur à l’entreprise (dans une limite de 3 200 €).

La préparation opérationnelle à l’emploi (POE)

La préparation opérationnelle à l’emploi (POE) est le dispositif le plus récent. Mis en place dans le cadre de la réforme de la formation tout au long de la vie de novembre 2009, il vient d’être « renforcé » par la signature d’un partenariat entre Pôle Emploi et l’AGEFOS-PME. Comme pour l’AFPR, il consiste en une formation qui doit obligatoirement avoir lieu avant l’entrée dans l’entreprise, dans le cadre d’un CDI, d’un CDD d’au moins 12 mois ou d’un contrat de professionnalisation en CDI. Sa durée maximale est de 400 h (soit environ 11 semaines) ; son contenu est défini conjointement par le conseiller Pôle emploi et l’employeur. Une convention est alors signée par l’entreprise et le Pôle emploi, le cas échéant par l’OPCA financeur (L’AGEFOS-PME dans le cadre de la POE renforcée) qui contribue alors au financement du coût pédagogique et des frais annexes de la formation. Le montant de l’aide versée est égal à celui de l’AFPR. Son versement est soumis au bilan de la formation et du contrat de travail signé par l’employeur (à noter toutefois l’absence de sanctions en cas de non-embauche du candidat, pour lequel sont prévues des « modalités d’accompagnement renforcé »). Le demandeur d’emploi acquiert le statut de stagiaire de  la formation professionnelle, tout au long de la POE.

Pour plus d’informations, je vous invite à consulter le site du Pôle emploi: www.pole-emploi.fr.

Vos réactions

Parlez-nous de votre expérience! Avez-vous déjà entendu parlé de ces aides? Les avez-vous utilisées? Quels sont vos retours?


Recherches utilisées pour trouver cet article :

aide à l\embauche pole emploi, aide à lembauche pole emploi, pole emploi aide à lembauche, pole emploi aide à l\embauche, mesure d\aide à l\embauche

Stéphanie Datchy

Alternant les postes de professeure et de formatrice (matières littéraires et communication) durant huit années riches de rencontres et d’expériences diverses, Stéphanie Datchy a choisi d’évoluer au sein du champ professionnel de la formation vers de nouvelles responsabilités. Curieuse de nature, elle a choisi d’aller voir ce qu’il se passe de l’autre côté du miroir du face-à-face pédagogique. Elle a donc entrepris durant l’année universitaire 2009-2010 un Master professionnel d’ingénierie de la formation continue. Elle recherche actuellement de nouvelles opportunités en coordination pédagogique au sein d’un organisme de formation, ce qui serait l’aboutissement logique de son parcours professionnel. Mais son goût du challenge et de la découverte la poussent également à postuler en entreprise en qualité de chargée de formation continue.

Site Web  Twitter 

Réactions

3 réponses pour “Trois mesures d’aide à l’embauche proposées par Pôle-emploi”

Commentaires

  • Très bien écrit, clair et précis. Félicitations 🙂

  • Bonsoir j aimerais savoir ce que je risque si j arrete en plein milieu de ma periode emtpr puisque le travail ne me convient pas?

    Merci pour votre réponse .

  • Bonsoir Leila,

    Je ne suis pas expert dans le domaine, mais je pense que le plus simple serait de contacter Pôle emploi directement.

Publier un commentaire

(lien en dofollow)