Publié par Pascal Lacroix

Véronique Goy

Aujourd’hui je vous propose de découvrir l’interview de Véronique Goy, consultante en recrutement dans la région d’Angers, au sujet des modes de facturation dans le domaine du recrutement.

Pascal Lacroix : Bonjour Véronique, peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Véronique Goy : Bonjour, je suis conseillère en recrutement, indépendante depuis presque 20 ans. Après avoir été sur Paris, je suis sur Angers, dans le Maine-et-Loire, depuis 8 ans. Généraliste, j’interviens sur tout type de poste avec une expertise sur le sourcing web 2.0.

L’activité de mon cabinet tourne autour de 2 axes :

  1. Le recrutement pour les PME, sur l’Ouest et l’Ile de France avec des prestations sur mesure.
    Parfois j’interviens sur un recrutement dans sa globalité (de la définition du poste à la présentation des candidats) et d’autres fois uniquement pour des entretiens avec des candidats finalistes, ou en amont pour trouver des profils ; quand une PME fait appel à un cabinet, c’est bien souvent qu’elle n’a pas réussie à pourvoir le poste seule.
  2. Des prestations graphologiques pour des PME et les grands groupes.
    Je suis diplômée de la Société Française de Graphologie la SFDG, et membre du syndicat professionnel le SGPF (site web en construction) nouvellement créé qui regroupe deux syndicats de graphologues. L’étude graphologique a toute sa place dans un processus de recrutement. Pour moi, c’est plus facile de demander à un cadre avec 15 ans d’expérience de prendre 5 minutes pour écrire une lettre que de le mobiliser 1 H sur des tests psychologiques et c’est également plus avantageux en termes de coût pour l’entreprise !

Pascal Lacroix : Peux-tu nous parler de ton activité professionnelle dans le domaine du recrutement ?

Véronique Goy : Mon activité a énormément évolué, surtout ces 3, 4 dernières années avec l’émergence et le développement des réseaux sociaux.

Une entreprise peut très bien recruter un contrôleur de gestion, une hôtesse d’accueil en passant simplement une annonce sur un jobboard. Néanmoins, les réseaux sociaux progressent, il ne faut pas les ignorer, sinon c’est risquer de passer à côté de certains profils qui ne répondent plus aux annonces.
Pour la petite histoire jusqu’à présent les candidats que j’ai présentés issus des réseaux sociaux avaient plus de … 45 ans, comme quoi c’est utile pour un profil expérimenté d’être sur un réseau social.

Souvent ce qui pose problème pour un chef d’entreprise dans une PME, ce n’est pas d’évaluer un candidat, mais de le trouver. Il y a encore des PME qui ne savent pas où passer une annonce sur Internet alors, les réseaux sociaux c’est tout juste si elles en ont entendu parler ! C’est très enrichissant de collaborer avec des structures à taille humaine, car leurs dirigeants ont besoin de conseils, et seuls ils perdent souvent du temps à recruter.

Ce qui m’intéresse c’est de définir une stratégie de recrutement : quels supports faut-il utiliser pour capter tel profil. Bien souvent un mix est nécessaire (annonce et sourcing sur les réseaux sociaux par exemple).
Viadéo est le réseau social que j’utilise le plus, car il est généraliste. Prochainement je testerai Twitter pour un poste de formateur TICE. Je source également avec Google.

Pascal Lacroix : je te remercie d’avoir répondu favorablement à ma demande d’information sur les modes de facturation pour recruter un candidat.
Peux-tu nous en parler ? Quels sont les plus courants aujourd’hui ?

Véronique Goy : Les modes de facturation sont variables et dépendent des pratiques de chaque cabinet.

Il y a de « grands » cabinets (en effectif) qui pour certains, sont au résultat et en font un argument de vente.

Les cabinets de chasse – spécialistes de l’approche directe – facturent eux dès le démarrage de la mission. Cela se comprend, car une chasse c’est une grosse charge de travail en amont qui nécessite d’investir du temps et des compétences, et cela se paie ! Ce n’est pas possible de s’improviser « chasseur de têtes », ce qui est différent du sourcing.

Avec les PME, la souplesse est indispensable : facturer en partie au résultat pour une prestation de sourcing avec qualification de profils est envisageable. En revanche, passer plusieurs heures sur du sourcing, présélectionner des candidats, en rencontrer 5 plus d’1h30 chacun, rédiger les dossiers sans être payée, je dis clairement non ! Ce n’est pas mon modèle économique.

En règle générale, je n’ai pas de facturation standard, je propose un budget au cas par cas. Quand un dirigeant ou une DRH ont absolument besoin de pourvoir un poste, je pense qu’ils sont prêts à payer une prestation.

J’ai justement une anecdote à ce sujet : j’étais en contact avec une DRH, elle a mis en concurrence plusieurs cabinets rémunérés au résultat. Je lui ai dit que mon cabinet ne fonctionnait pas comme ça. Elle n’arrive pas à pourvoir un poste, du coup elle me propose une prestation de sourcing rémunérée au démarrage et au résultat ! À nous de dialoguer, de négocier et dans certains cas de savoir dire non ; c’est aussi le bénéfice de l’âge 🙂

Pascal Lacroix : Très bien merci pour ces explications illustrées de ton expérience.
Et selon toi, comment faut-il choisir le mode de facturation pour un recrutement, selon quels critères ?

Véronique Goy : Quel mode de facturation pour l’entreprise ? J’ai envie de dire cela dépend si l’entreprise considère le cabinet comme un véritable conseil sur lequel elle va s’appuyer et développer un partenariat ou si elle cherche uniquement un « fournisseur de CV ».

Il est clair que les usages évoluent, les cabinets doivent faire preuve de souplesse, proposer des prestations et des tarifs personnalisés. Des honoraires en partie au résultat peuvent se justifier, la totalité non !

Se focaliser sur la facturation serait une erreur : à l’heure du recrutement web 2.0 où entreprises et candidats peuvent interagir, échanger sur des réseaux sociaux, une entreprise qui sollicite plusieurs cabinets, avec la probabilité qu’ils contactent des candidats communs, met en danger son image, son e-réputation, avec le risque de… faire fuir les candidats.

Je suis régulièrement en partenariat avec d’autres consultantes et nous restons fermes sur un point : nous demandons l’exclusivité d’un recrutement afin de ne pas brouiller les messages auprès des candidats, et de ne pas dévaloriser l’image de notre client.

Pascal Lacroix : Merci. J’aimerais désormais que tu me parles des projets qui te tiennent à cœur aujourd’hui.

Véronique Goy : Accompagner les PME pour qu’elles communiquent davantage sur leurs besoins en recrutement. Imagine qu’en 2011 il y a des milliers de PME dont le site web est uniquement un site « vitrine » avec présentation des produits pour les clients, mais aucun espace pour celui qui veut postuler !
Il y a des actions passionnantes à mener sur la communication RH au sein des PME et les TPE, d’autant plus que ce sont ces structures à taille humaine qui portent l’emploi en France.

J’ai prévu un billet sur mon blog sur les PME des Pays de la Loire qui recrutent déjà en mode 2.0, mais … pour l’instant je n’ai pas le temps de m’y consacrer !

Pascal Lacroix : Peux-tu nous dire quelles sont tes présences sur les réseaux sociaux ?

Véronique Goy : J’adore Twitter, je suis présent sur @veroniquegoy. Ma timeline transporte de plus en plus d’offres d’emploi.

Une étude publiée sur le site Emarketinglicious.fr annonce que « Twitter pourrait être dans cycle de vie en phase de lancement : presque la moitié de ses utilisateurs ont commencé à utiliser la plateforme il y a moins d’un an » . Je pense donc que Twitter va se développer et l’emploi sera un de ses axes.

Mes autres liens :

Pascal Lacroix : Très bien ! En tout cas, Véronique, je te remercie d’avoir participé à cette interview et je te dis à bientôt !

Véronique Goy : Merci et à bientôt !


Recherches utilisées pour trouver cet article :

recrutement, veronique goy, comment recruter en france, comment son remunerés les cabinets de recrutement, facturation cabinet recrutement
Pascal Lacroix

Pascal Lacroix

Consultant en informatique, passionné par la réseaux sociaux et par le recrutement, je vous propose sur ce blog mes réflexions sur les outils dédiés aux recrutement avec les réseaux sociaux. Je suis également responsable de la société Jupiteo qui propose des logiciels en mode SAAS pour les recruteurs.

Site Web  Twitter  Viadeo  Linkedin 

Réactions

2 réponses pour “Interview de Véronique Goy sur les modes de facturation”

Commentaires

  • Très belle interview Véronique !

  • Je ne connaissait les modes de facturation d’une entreprise.
    Effectivement il faut avoir une forte présence dans les réseaux sociaux pour accroître sa visibilité.
    En postant règulièrement du contenu pertinent et le partager sur son scoop it . Un agrégateur de contenu aussi efficace que Twitter

Publier un commentaire

(lien en dofollow)